société

humanité Transgenre perdre sa dignité. Et là; ou on fait un pas en avant, ou on tourne le dos et on s’en va.


J‘ai cru qu’j’finirais six pieds sous Terre le plus dur, c’était d’me relever, t’as pas cru au OQIOE2876karma, t’as pas cru à l’Enfer; Quand j’t’ai souhaité la mort sans regrets, j’ai perdu ma dignité, j’ai perdu du poids tu m’as tout pris, j’ai même perdu la foi. J’voulais revenir en arrière tellement de fois j’maudis le jour où je t’ai rencontrée tu n’avais rien de c’que j’aurais pu avoir; J’avais tout c’qu’il n’avait pas pouvais-tu te regarder dans un miroir Comment ce fait-il d’avoir tant de confort et d’en vivre aussi mal. Comment ce fait-il d’avoir autant de bonheur et d’en vivre aussi mal. Comment ce fait-il d’avoir la meilleure santé du monde et d’en vivre aussi mal. Comment de fait-il d’avoir les meilleurs amis et d’en vivre aussi mal. Comment ce fait-il d’avoir le meilleur boulot et d’en vivre aussi mal. Comment ce fait-il d’avoir tout l’or du monde et d’en vivre aussi mal. N’avoir qu’une seule de ces facultés ne vous permet pas d’être en parfaite harmonie avec la vie et ne serait que prétentieux de dire que vous êtes heureux. Voilà ce que c’est de vivre mal. La vie est faite de choix : Oui ou Non ; Continuer ou Abandonner ; Se relever ou Rester à terre… Certains choix comptent plus que d’autres : Aimer ou Haïr ; être un Héros ou un Lâche ; Se battre ou Se rendre ; Vivre ou Mourir… Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore : la vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement. Je n’aime pas faire la morale, mais je vais te donner un conseil qui te servira à jamais. Dans la vie tu rencontreras beaucoup de cons. S’ils te blessent, dis-toi que c’est la bêtise qui les pousse à te faire du mal. Ça t’évitera de répondre à leur méchanceté. Car il n’y a rien de pire au monde que l’amertume et la vengeance. Reste toujours digne et intègre à toi-même. L’expérience prouve que celui qui n’a jamais confiance en personne ne sera jamais déçu. Ne me promet pas que tu resteras près de moi pour la vie. Ne me dis pas non plus que je serai à jamais la seule pour qui tu tomberas ou la seule que ton coeur ne pourra oublier. Ne me laisse pas croire que je serai la seule dont ton corps portera l’odeur ou la seule qui goûtera la douceur de tes baisers. Je ne veux pas de promesse, tu comprends ?! Je ne veux pas avoir à souffrir un jour de tes belles paroles, de ces mots qui auront su faire de moi cette fille si heureuse, si amoureuse. Non, je ne veux pas que tu me promettes ton amour. Je veux que tu me le prouve. Heureux, celui qui dans la vie, a compris qu’il n’y avait rien à comprendre, car plus il cherchera à comprendre, et plus il comprendra qu’il n’y a rien à comprendre Le temps file, le temps n’attend personne. Le temps guérit toutes les blessures. Tous autant que nous sommes nous voulons plus de temps. Du temps pour se relever, du temps pour grandir, du temps pour lâcher prise. La vie n’est pas un sport qu’on se contente de regarder. Gagner, perdre, ou faire match nul, la partie est en cours, qu’on le veuille ou non. Alors allez-y, discutez avec l’arbitre, changez les règles, trichez un peu. Faites une pause et soignez vos plaies. Mais jouez. Jouez ! Jouez le jeu. Jouez vite. Jouez librement. Jouez comme si il n’y avait pas de lendemain. D’accord, l’important n’est pas de gagner ou de perdre, l’important c’est la manière de jouer. Vous ne croyez pas? on ne sait jamais dans la vie. Il faut s’estimer heureux d’avoir ce que l’on a tant qu’on l’a. Le destin est imprévisible et, parfois, nous ignorons à quel point nous sommes favorisés, jusqu’à ce que les choses changent. Ah ! il n’est que trop vrai, hélas ! que, dans cette vie, on passe le plus clair de ses jours à souffrir ou à espérer, et que l’on n’est heureux que fugitivement ! À la fin de la journée, ce que nous voulons vraiment, c’est être aux côtés de quelqu’un. Tout ce rituel, prendre de la distance, et faire semblant de ne pas se préoccuper des autres, c’est des conneries. Certaines trahisons sont inévitables. Quand notre corps nous trahi, la chirurgie est souvent la clé d’un rétablissement réussi. Quand on trahi l’autre… quand on trahi l’autre, c’est plus compliqué de réparer les dégâts. On fait l’impossible, pour reconstruire la confiance qu’on a perdu, mais certaines trahisons, certaines blessures sont si graves, si profondes, qu’on est impuissant à les guérir. Et dans ces cas là, il n’y a rien d’autre à faire qu’attendre. On essaie de se dire que la réalité vaut mieux que le rêve. On se persuade qu’il vaut mieux ne pas rêver du tout. Les plus solides d’entre nous, les déterminés s’accrochent à leurs rêves. Il arrive aussi qu’on se retrouve en face d’un rêve tout neuf qu’on avait jamais envisagé. Un jour on se réveille, et contre toute attente, l’espoir renaît, et avec un peu de chance on se rend compte, en affrontant les événements, en affrontant la vie, que le véritable rêve, c’est d’être encore capable de rêver. Est ce que vous l’avez dit ?  » Je t’aime « , est ce que vous l’avez dit ?  » Je ne veux jamais vivre sans toi… Tu as changé ma vie…  » Est ce que vous l’avez dit ? Faire des projets, se fixer un but et travailler pour cela… Mais de temps à autre, on regarde autour de soi parce que c’est ainsi, on ne sera peut-être plus là demain. Ne demande pas que les événements arrivent comme tu le veux, mais contente-toi de les vouloir comme ils arrivent, et tu couleras une vie heureuse .Il y a des gens avec qui l’on passe une grande partie de sa vie et qui ne vous apportent rien. Qui ne vous éclairent pas, ne vous nourrissent pas, ne vous donnent pas d’élan. Encore heureux qu’ils ne vous détruisent pas à petit feu en s’accrochant à vos basques et en vous suçant le sang. Et puis… Il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demie-heure et changent le cours de votre vie. C’est étrange comme il suffit d’un rien pour qu’une vie se désaccorde, elle aussi, que notre existence, tellement unique, si précieuse, perde son harmonie et sa valeur. Comme si elle était faite d’air, et rien que de cela. La vie te saute dessus quand tu as l’âme encore tout endormie, et elle t’y fait germer une image, ou une odeur, ou un son qu’ensuite tu ne peux plus ôter de là. Et le bonheur, c’était ça. Tu le découvres après, quand il est trop tard. Quand tu es déjà, pour toujours, un exilé : à des milliers de kilomètres de cette image, de ce son, de cette odeur. À la dérive. Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le coeur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas, je ne veux pas et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est elle ou moi. Et je suis sûre qu’elle est vraiment super. Mais Patrick, je t’aime vraiment. Tu sais, vraiment, vraiment au point de prétendre adorer ton genre de musique, te laisser manger la dernière part de gâteau, tenir une radio à côté de mes oreilles en chantant sous tes fenêtres. Malheureusement ce qui fait que je te déteste fait que je t’aime aussi. Alors prends-moi. Choisis-moi. Aimes moi. D’accord, c’est vrai. Parfois même les meilleurs d’entre nous prennent des décisions irréfléchies. De mauvaises décisions. Des décisions que nous savons déjà que nous allons regretter sur le moment, à la minute, ou plus précisément le matin qui va suivre. Je veux dire peut-être pas regretter, regretter parce qu’au moins on aura été capable de prendre un risque.Mon amour je t’invite à danser avec moi tu es à moi, je suis à toi, il faut oublié t’es soucis et viens danser avec moi; Mais quand même… quelque chose au fond de nous décide de faire une folie. Une chose dont on sait qu’elle va forcément se retourner contre nous. On le sait, mais on le fait quand même. Ce que je veux dire c’est… on récolte ce qu’on sème. On a ce qu’on mérite. C’est le karma et peu importe comment vous voyez sa, votre karma vous empoisonne. On ne souhaite pas des choses faciles, on souhaite de grande choses, des choses ambitieuses, hors de portée. On fait des voeux parce qu’on a besoin d’aide et qu’on a peur. Et on sait qu’on en demande peut-être un peu trop. On continue à faire des voeux pourtant, parce que parfois  ils se réalisent. Sont pieds, mon pieds, pas à pas sans bougé je sens excitée de lui dire je t’aime, mes hey bébé je suis complètement complexé d’avoir cette effet de te chauffé d’aller danser.Je ne veux plus attendre ton coup de téléphone, je ne veux pas m’empêcher de tomber amoureuse, j’veux pouvoir coucher avec qui je veux quand je veux et sans scrupules. J’ai réfléchi, puisque ce que nous vivons n’est pas réel, c’est un jeu. Puisque c’est un jeu, il faut des règles. Nous nous verrons le plus loin possible. Quand tu sauras où tu vas, tu m’écriras chez ma soeur à Nancy, elle saura où faire suivre le courrier. Ne te donne pas la peine d’écrire des mots gentils, préviens moi juste suffisamment tôt. Dis à quel hôtel tu descends, et où, et quand. Si j’peux j’me libèrerai, sinon tant pis. Ne cherche pas à m’appeler ni à savoir où je suis ni comment je vis. Je crois que ce n’est plus le problème. Je pense que c’est la meilleure solution. Faire comme toi : vivre de mon côté, en t’aimant, mais de loin. Je ne voyais pas les choses comme ça, mais pourquoi pas. Après tout, ce sera un jeu, spécial, excitant. Quand tu descendras à l’hôtel parfois j’y serai, parfois non. Parfois je te rejoindrai au milieu de la nuit et nous nous perdrons l’un dans l’autre, sans un mot. Tu vois, j’suis prête à essayer, parce que c’est toi qui as raison : la vie sans scrupules.

article mode magazine

cher lecteur chère lectrice, je vous ouvre sur le monde, à l’affût des dernières tendances mode, beauté et culture. vivre trans féminine c’est tout un esprit, une vision moderne et universelle de la féminité. Chaque semaine, le D-Magazine vous captive, vous inspire, vous fait rêver et vous fait partager ses passions dans un magazine qui vous ressemble, je compte sur votre soutien Alors à très bientôt dans mes pages !

€1,00

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.