Les dossiers de la rédaction

Des certains Homme ce croivent au dessus de tout… By Diana ABDOU


recJe vais vous parlez de ma personnalité, je suis une personnes qui as fais des pieds et des mains pour avancer dans mon avenir, je connais des certains enfin beaucoup, il croivent que je suis une machine à sexe; je leur dis non je vous donnerais pas de ce que vous voulais, ensuite il disent en m’insultant de pédé de travelo enfin je suis transgenre mes bon, et de plus la pire choses c’est de me dire de retourné dans mon pays, mon pays je suis  née dans un pays français et de plus qui vous êtes de me juger et de dire ce genre de choses, chacun de vous dois assumer de ce qu’il sont la nouvelle génération et la, vous croyais que je suis votre machine, vous êtes ci drôle, maintenant que je connais les hommes comment il sont de pas obtenir ce qu’il veulent, je sais maintenant appuyer la ou cela fais mal..

J’assume ma transition de ce que je suis vous avez pourquoi car c’est moi qui à décidé de changer de genre de vie, ainsi ma carrière… Alors commencer part la assumer de ce que vous êtes et de ce que vous faite? Un moment je sens comme ci vous avez de la frustration en vers vous même. mon front n’es pas lu ni écrit Diana la transgenre à la disposition de qui ce soit….

Parlons maintenant des personnes en couple…. 

Je reçois des messages des personnes en couple que sa soit Nancy, Metz, Paris Etc… De me demander me de mettre à leur disposition cela es clair je ne serais pas à la disposition de qui ce soit, je ne sais pas mes j’aimerais bien savoir comment vos vie de couple survie à tout, un moment soit la femme ou l’homme est malheureux(se) dans ça vie pour venir me serrer les pompes de me demander des choses que il connaissent ma réponse c’est un non, et le pire il m’insulte d’être malheureuse, vous êtes ci drôle que vos saucisse à pâte malheureuse de quoi donc j’ai pas à l’être sûrement eux vu je leur dis non, un non c’est un non ensuite il disent d’assumer de ce que je suis mes qui êtes vous de me dire de ce que je dois assumer ma vie elle es parfaite , j’ai pas de mari avec qui je pourrais le trompée comme vous le faite chacun de vous, encore moins un copain, j’ai décidé de ma vie d’être célibataire pour une bonne cause de pas tomber sur le panneau car des personnes sont encore aveuglé de voir les choses telle qu’elle sont?

C’est difficile de l’entendre je peux comprendre mes assumer de ce que vous faite?

J’ai une raison de vivre ma vie de pas me laisser avoir comme d’autres, j’ai passer mon temps a pleurniché pour des hommes qui en valais pas la peine, qui mon fait croire au bonheur enfaîte chacun d’eux soit il étais marier, soit il voulais juste profité de la situation, en parlant de la situation. J’ai eu un homme dans ma vie pendant quatre ans je pensais qu’il étais un homme fiable, mes non le jour que j’ai commencer ma transition, je les surprises en pleine partie jambes en l’air avec une femme, ensuite il me dis je t’es jamais aimé, je voulais juste profité de la situation ben la situation ah bien tournée pour moi de vous dire non, je vous donnerez pas de ce que vous voulez, je dis des choses simple, et vous êtes ci frustré, alors vos racismes ou bien vos insulte et autre cela me fais ni chaud ni froid. Avant je pouvais me décrire comme une personne fragile moralement, mes les choses ont changer es j’ai évoluer d’être courageuse et forte de toute décision, j’aurais pas de regret, un jour quand je serais vieille je rencontrerais un homme qui aura de la compatis pour moi et de mon succès qui sera fou amoureux de moi que je lui donnerais tout l’amour que je pourrais lui transmettre. La vie et courte et j’ai pas envie de passer ma jeunesse ma vie à écarté mes cuisses pour je ne c’est pas qui ensuite venir m’insulté que je lui dis non vous m’avez eux quand j’ai étais un Mec… Maintenant je me préserve de mon avenir que sa plaise ou non.

Refuser d’aller où on ne veut pas, affirmer ses choix, se faire respecter, ne pas céder aux pressions… Pour tout cela, il faut oser « dire non », que ce soit à des copains, des parents, des collègues, des profs ou d’autres encore. Dire non, oui, mais comment ?

Témoignage

Certains, comme Chloé, ont un caractère réservé et craignent toujours de déplaire. D’autres sont impressionnés par des personnes qui leur imposent des choix. D’autres encore se laissent entraîner dans des situations qui les enferment.

Cette impuissance n’est pourtant pas inéluctable : on peut apprendre à s’affirmer voire à s’opposer à quelqu’un, en comprenant d’où viennent nos faiblesses et nos difficultés. A chaque fois, vous n’osez pas ou ne pouvez dire non… Les conséquences peuvent être plus ou moins graves (harcèlement moral, perte de confiance en soi, violences sexuelles), mais une chose est sûre : vous n’exercez pas votre liberté et ne pouvez être vous-même.

Pourquoi il est difficile de dire non

Savoir dire non
« Je ne voulais pas lui faire de peine, je n’ai pas osé. » La première raison qui nous empêche souvent de dire « non » à quelqu’un, c’est que nous ne voulons pas lui faire de peine : par peur de blesser, de décevoir, de déclencher une crise ou une explication, on préfère se taire.  Cette première difficulté est fréquente dans les relations avec les proches, amis, parents, petit copain, avec qui le lien affectif est fort. D’autant plus que celui ou celle à qui vous voudriez dire non risque d’utiliser ce lien pour vous faire craquer : »Quoi ! Tu ne vas pas me faire ça à moi ! », « Si tu m’aimais, tu ferais ça pour moi… », « Tu ne veux pas me faire plaisir ? », etc.
Nicolas n’a jamais osé dire à ses parents qu’il aurait préféré faire des études courtes que son droit. Chloé, elle, savait que Mathieu était amoureux d’elle lorsqu’il l’a invité à ce week-end. Mais elle n’a pas eu le courage de lui dire qu’elle ne voulait pas sortir avec lui, pour ne pas lui faire de peine…
A terme, on peut vous soumettre à un véritable chantage affectif : vous perdez votre liberté, et la relation devient pesante. S’il s’agit d’une relation amoureuse, il y a urgence à réagir : si vous vous soumettez à ce que l’autre désire sans oser lui dire non, vous ne construisez pas une relation équilibrée. Et vous risquez d’accumuler tristesse, rancoeur, et de perdre l’estime de vous-même.

Face à la pression d’un groupe

Savoir dire non
Il peut être difficile aussi de résister à la pression d’un groupe. « Tout le monde le fait, alors moi aussi. » « Je n’avais pas tellement envie, mais j’y suis allée. » En soirée, lors d’une fête, d’une journée entre amis, plusieurs éléments peuvent s’additionner :

– Le manque d’autonomie matérielle : on voudrait partir, mais on ne peut pas. On n’est pas véhiculé, ou bien on dépend d’autres personnes avec lesquelles on est venu. On n’est pas maître des événements, des choix faits par les autres, du style de la soirée, etc. Ses propres tentations et faiblesses : Si j’ai arrêté de fumer depuis deux mois et que tout le monde fume lors d’une soirée, j’aurais bien du mal à na pas recommencer… On ne sait pas toujours très bien si l’on veut dire oui ou non. Manque de motivation ? de réflexion ?  La peur du regard des autres : dire non, c’est se distinguer, et peut-être se faire juger, avoir l’air ceci ou cela… Cette peur peut vous empêcher de dire non et faire de vous un mouton prêt à n’importe quoi. Clara a été victime d’un bizutage dont elle garde toujours de mauvais souvenirs. Johann s’est laissé entraîner dans une soirée où des paris et des défis idiots ont été lancés : il s’est retrouvé au commissariat après une dangereuse course poursuite en voiture. certains peuvent ainsi être amenés à être violents, ou perdre le contrôle d’eux-mêmes (ivresse, addiction)…


Décider de dire non

On peut aussi apprendre à ne pas se laisser influencer en formant son esprit critique face aux médias, aux réseaux sociaux, aux rumeurs… La première attitude pour être plus for(e) et plus sûr(e) de vous est en effet de prendre le temps de réfléchir avant d’être « au pied du mur »  : est-ce que je veux faire cela ou pas ? Est-ce que c’est bon pour moi ou pas ? Est-ce que j’ai décidé d’arrêter de sortir avec Julie ou pas ? Est-ce que je suis prête à avoir des rapports sexuels avec telle personne ou pas ? Ai-je décidé d’arrêter le cannabis ou pas ? etc.

Parfois des conseils plus spécialisés seront utiles, en particulier si l’on a subi des violences. Ensuite, il faut décider de refuser telle ou telle situation et savoir à quoi l’on veut dire non. Il ne reste plus qu’à passer à l’acte : oser dire non et s’y tenir. Souvent, il est utile de pouvoir parler de ces sujets avec quelqu’un en qui l’on a confiance, et qui n’exercera pas de pression, pour y voir clair : médecin traitant, frère ou soeur ainés, ami de confiance, psychologue, etc. Cela permet d’exprimer ses émotions et ses difficultés sans se sentir jugé.


Stratégies pour dire non

Savoir dire non
– Evitez de vous justifier ou d’émettre des regrets : « cela m’aurait fait très plaisir, mais je ne peux pas car… » Votre ou vos interlocuteurs risquent en effet de se mettre à discuter vos raisons pour vous persuader de changer d’avis : « pas de problème, tu n’as qu’à faire ceci ou cela »… Avec des personnes que vous connaissez peu ou pas, il est conseillé de dire son refus ou sa décision de façon nette, avec une certaine détermination dans le ton de sa voix : « Non, merci, mais je ne suis pas libre », « Je vais m’en aller ». Si vous êtes dans un groupe, il y a des techniques pour résister à la pression du groupe, et avoir le courage de s’affirmer. Le plus dur est souvent en effet de se tenir à son refus. Le mieux est donc de dire non nettement (mais son agressivité), et de s’en aller pour couper court aux discussions qui risquent de vous piéger. Si vous avez peur de perdre vos moyens, choisissez un autre moyen que le face à face pour commencer : lettre, mail, coup de fil… Le plus difficile est souvent de résister à la pression affective de votre interlocuteur. Peut-être cherchera-t-il à vous faire changer d’avis, mais peut-être aussi respectera-t-il votre position. Avec des personnes très proches que vous connaissez bien – parents, petit copain ou copine, amis – vous pouvez vous expliquer plus longuement sur votre position. Réfléchissez par avance à ce que vous voulez dire et ne repoussez pas indéfiniment le moment de parler. Par exemple évitez d’attendre la veille du départ en vacances pour dire à vos parents que vous ne voulez pas partir avec eux. Dites clairement et entièrement votre refus sans être agressif.

Joker : « je vais réfléchir »

Si vous apprenez ainsi à dire oui ou non librement à ceux qui vous entourent, vous allez prendre confiance en vous et mieux affirmer votre personnalité. Prenez ensuite le temps d’analyser la façon dont vous vous êtes comporté, et sentez vous libre de maintenir votre non si cela vous paraît bon pour vous. Redites ensuite à votre interlocuteur que vous avez bien réfléchi et que vous avez pris votre décision : c’est non !

Si vous êtes troublé, intimidé, et ne savez plus très bien si vous avez raison, mieux vaut dire que vous allez réfléchir plutôt que de changer d’avis tout de suite ou de vous fâcher.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.