Aller au contenu principal

le chemin pour être soi-même TRANSGENRE

Vivre dans un corps qui ne nous correspond pas, comme tant d’autres, l’ont vécu et le raconte dans On est fait pour s’entendre !

Pourquoi est-on transgenre/transsexuel ?

Est-ce que l’on naît transgenre, ou est-ce qu’on le devient ? Malheureusement pour vous, la question est bien trop complexe pour vous donner une réponse tranchée à la fin de cet article. Pourquoi est-on transgenre ? C’est bien là la question de tous les débats. Le but de ce texte n’est absolument pas de jouer les donneurs de leçons et de chercher à vous convaincre par rapport à telle ou telle explication. L’idée sera simplement ici d’émettre des hypothèses, et surtout essayer d’accompagner les
personnes transgenres qui se posent questionnent, mais également leur entourage.

De nombreuses raisons peuvent être analysées afin d’expliquer la transidentité. Nous allons essayer de vous les développer à travers cet article, sans jugements mais également sans tabous.

Causes et raisons de la transidentité

Table des matières

  • Causes et raisons de la transidentité
    • La transsexualité au cœur d’une société de genre : un sujet qui divise.
    • Devient-on transgenre / transexuel ? Ou est-ce qu’on naît trans’ ?
    • Pourquoi être trans’ ? Pour être soi.
    • Devenir transgenre suite à un moment clé, une révélation
    • Témoignage d’Ophélie, transgenre depuis sa puberté
    • Chacun a sa raison d’être transgenre, son histoire, son “pourquoi”

La transsexualité au cœur d’une société de genre : un sujet qui divise.

C’est un terme plus ou moins français, mais qui est absolument parfait pour décrire le monde dans lequel nous vivons : une société genrisée. Ce terme « genrisé » qui avouons-le n’a pas encore sa place dans le dictionnaire est une traduction française du mot anglais « gendered », en d’autres termes une société de genres.

En résumé, en fonction du sexe de l’enfant, des codes dictés par notre société vous seront imposés dès les premières secondes, sans même que vous n’ayez votre mot à dire. D’un autre côté à ce moment-là vous ne savez pas encore parler… Enfin, restons sérieux.

Avant même votre naissance pour annoncer l’heureux évènement à la famille, vos parents utiliseront la couleur bleue si vous êtes un petit garçon ou la couleur rose si vous êtes une fille. A côté du berceau une fois venu(e) au monde, les amis et les famille déposeront une poupée si vous êtes une fille ou par exemple un petit camion en jouet si vous êtes un garçon. Quand vous sortez avec vos parents de l’hôpital, vous serez directement vêtu(e) d’une petite robe si vous êtes de sexe féminin, ou d’un pantalon si vous êtes un garçon.

Devient-on transgenre / transexuel ? Ou est-ce qu’on naît trans’ ?

Si je devais m’éloigner quelques instant de l’article pour parler de mon expérience personnelle et de ma transition FTM, je dirais que je suis né trans. En effet depuis tout petit, je sentais que quelque chose n’allait pas en moi par rapport à la façon dont les personnes de mon entourage me considéraient. J’étais visiblement une petite fille au regard de la société, mais je n’en n’avais pourtant pas du tout la sensation. En revanche aussi étrange que cela puisse paraître, je côtoie des personnes transgenres qui considèrent être devenues trans avec le temps. Ma meilleure amie par exemple a pris conscience de sa transidentité après de nombreuses années seulement.

Le grand débat de notre société, c’est de chercher à comprendre : Un individu devient-il transgenre avec le temps car il souhaite casser avec ces codes de genre imposés par la société ? Ou est-ce que l’individu naît directement transgenre ? Une question relativement complexe car elle divise même au sein de la communauté trans.

Même si certains scientifiques estiment que la transidentité peut être perçue au niveau des réseaux neuronaux du cerveau dès le plus jeune âge, cette question divise toujours et continuera de diviser. Mais après tout, a-t-elle vraiment de l’importance ?

Pourquoi être trans’ ? Pour être soi.

Outre les débats et la violence, être transgenre c’est avant tout se donner la possibilité d’être heureux. Les débats autour de la transidentité sont très forts, on pourrait même parfois les caractériser au sens propre comme au sens figuré de violents.

Si l’on est transgenre, c’est parce-que l’on a envie de se sentir heureux. Vous trouverez sur internet des centaines explications scientifiques ou non pour tenter d’expliquer la transidentité. Malheureusement, il faut parfois prendre conscience que dans la vie, tout ne n’explique pas toujours et qu’un même sujet peut avoir diverses explications. Selon nous, si vous êtes
transgenre, c’est parce-que vous cherchez à changer quelque chose en vous pour être plus heureux ou heureuse. Vous sentir libre, vous sentir vous-même, et cela n’a pas de prix.

Pour répondre à la question « Pourquoi est-on transgenre ? » la question tourne généralement au tour du fait de savoir si on naît trans ou si on le devient, mais ce faux débat a-t-il vraiment de l’importance ? Si l’on est transgenre, c’est parce-que l’on ne se sent pas bien dans sa peau. On a le sentiment que quelque chose n’est pas normal, que notre famille, nos proches, nos connaissances et la société de manière générale ne nous considèrent pas comme ils le devraient.

Déterminer si on est homme, femme, trans’ ou non-binaire

On a parfois besoin d’une aide extérieure pour apprendre à mieux se connaître. De très nombreux signaux qui doivent être pris en considération pour déterminer si l’on est transgenre : Mettons sans plus attendre les choses au clair.

Nous allons évoquer dans cette partie des détails que l’on retrouve régulièrement dans les témoignages des personnes transsexuelles qui évoquent leur prise de conscience. Je vais également donner ici des petits signaux qui m’ont permis à titre personnel de me rendre compte de ma transidentité.

Devenir transgenre suite à un moment clé, une révélation

Certaines personnes avec qui j’ai discuté qui considèrent ne pas avoir été trans’ dès la naissance ont eu un moment clé dans leur vie qui les a mené à mieux se connaître, et à tirer cette conclusion. Une personne MTF m’a ainsi raconté comment elle a découvert qu’elle n’était pas dans le bon corps lors d’une révélation qui s’est passée alors qu’elle était au lycée.

Témoignage d’Ophélie, transgenre depuis sa puberté

“Au début, je m’assumais vraiment en tant que garçon. Je ne m’étais jamais posé la question, je ne savais pas ce que c’était qu’être transexuel donc ça aide. Mais j’enviais mes amies filles, et n’ai jamais compris pourquoi mes parents refusaient de m’acheter des robes. Ni pourquoi c’est mal vu pour un garçon d’en porter : un bout de tissu, ça n’a pas a avoir un genre ! A l’adolescence, je me maquillais en cachette dès le début du collège. A ce moment là, pour moi je n’étais pas une fille, juste ce qu’on appelle aujourd’hui “genderfluid” (NDR : Quelqu’un qui aime parfois bien s’habiller et se comporter comme quelqu’un de l’autre genre). Le vrai déclic, je ne l’ai eu que quelques années plus tard, lorsque la puberté est arrivée. Je ne me sentais pas à l’aise dans ce que mon corps devenait, tout me répugnait chez moi. Je ne voulais pas même me regarder, me toucher, et encore moins envisager une relation avec quelqu’un. A ce moment là, j’ai compris que je n’étais pas la personne que j’étais censée être. A ce moment, j’ai su que j’étais une femme dans un corps d’homme, et que j’allais devoir me battre pour ma transidentité”

Ophélie, 24 ans

Ce ne sont que des retours de personnes transgenres qui peut-être pourront vous aider à mettre des mots sur vos pensées et à réaliser que vous n’êtes pas seul(e), voire à confirmer ce que vous savez déjà depuis que vous êtes enfant. En aucun cas cependant nous ne voulons vous influencer dans votre ressenti, c’est à vous-même de sentir les choses.

Signes que l’on est peut-être transgenre

Je l’ai toujours ressenti / j’y pense depuis longtemps

Je me suis toujours senti(e) de l’autre genre / j’ai souvent eu cette pensée, même il y a longtemps : Il s’agit bien sûr du signe le plus évident à guetter et le plus révélateur. Certaines personnes transgenre ont su qu’elles l’étaient dès l’enfance, même sans connaître le mot à mettre sur ce comportement. D’autres y réfléchissent depuis plusieurs années déjà, et ont donc une idée claire de ce qu’ils veulent être.

“Je ne suis pas à l’aise dans mon corps”

« Je n’aime pas mes cheveux, je n’aime pas mes formes » : Lors de la phase de prise de conscience, ce sont généralement des mots qui reviennent très souvent. Du mal à assumer ses formes, du mal à assumer ses cheveux, une envie de cacher au maximum son corps
Ce signe isolé est souvent lié au manque de confiance en soi, à une mauvaise image de soi, et non à une transidentité. N’ayez crainte : cela se travaille.

« Du mal avec mon poids et mon physique » : C’est une sensation que l’on retrouve extrêmement souvent. Sensation d’être trop gros(se), trop maigre, difficulté à perdre du poids ou à en gagner. Nous retrouvons dans de très nombreux témoignages une sorte de mal-être physique, une peur de monter sur la balance
Là aussi, c’est un signe à prendre avec des pincettes : beaucoup de personnes sont complexées par leur poids ou leur physique. C’est normal de l’être, surtout à l’adolescence, et cela ne signifie pas que l’on est trans’. Il suffit de voir le nombre de régimes qui se vendent chaque jour !

“Je ne suis pas à l’aise avec les codes de mon genre”

« Les vêtements que je dois porter me dérangent » : L’habillement de manière générale est un problème et peut également vous amenez à réfléchir. Si vous ne supportez pas les robes, ne supportez pas les tenues féminines, êtes toujours attirée par les textiles plus masculins, peut-être que cela peut également être un premier signe.
Bien sûr, ce n’est en aucun cas une généralité : on peut très bien ne pas aimer les robes ou le rose et être une femme !

“Mon instinct me dit que je suis transgenre”

Pour savoir si l’on est transgenre ou non, il est important d’essayer d’analyser les différents signaux. Un signal ou deux ne veulent rien dire à eux seuls ! C’est important à comprendre pour ne pas emprunter un chemin qui ne vous correspondrait pas. Cherchez à comprendre pourquoi vous êtes mal dans votre peau, pourquoi vos formes vous complexent, pourquoi vos vêtements ne vous plaisent pas. La transidentité, vous serez la seule personne à pouvoir la déceler, et rassurez-vous cela n’a rien d’une maladie ! Être transgenre, c’est simplement prendre conscience que nous devons peut-être changer quelques petites choses pour être plus heureux ou heureuse.

Mal à l’aise dans votre corps ? Vous n’êtes pas forcément trans’

Les signes qu’on est trans’ sont souvent les mêmes que ceux liés au manque de confiance en soi ressentis pendant l’adolescence. Le piège qui peut se poser, c’est que certain(e)s jeunes de 14 à 18 ans ne savent parfois pas bien si les symptômes sont dus à l’adolescence ou à une potentielle transidentité. Des réponses que vous trouverez à coup sûr avec le temps. Il est donc essentiel de ne pas foncer dans une transition tête baissée pour les mauvaises raisons. Les causes pour lesquelles vous ne vous sentez pas à l’aise dans votre cas sont dans 95% des cas liés à la puberté ou au manque de confiance en vous, et non au fait d’être transgenre.

J’ai le sentiment que mon enfant est transgenre, comment réagir ?

Il arrive parfois que la question de la transidentité préoccupe encore plus les parents que les enfants. En effet, ces derniers peuvent observer des choses étranges dans le comportement de leur fils ou fille et cherchent à comprendre. Le seul conseil que nous aurions à vous donner, c’est d’en parler. Échangez avec l’enfant en douceur, et montrez-lui que vous êtes prêt(e) à l’écouter et prêt(e) à le ou la comprendre. Il est important que vous preniez conscience d’une chose, les questions que vous vous posez, il y a de fortes chances qu’il ou elle se les posent aussi. Si vous finissez par en conclure que votre enfant est transgenre, Alors acceptez-le et faites tout ce qui est en votre possible pour l’aider à être heureux. Vouloir le ou la changer serait une erreur qui ferait souffrir parents comme enfant.

Prendre le temps de réfléchir : la seule façon d’être sûr(e) qu’on est transgenre

“Je ne sais pas qui je suis, ou ce que je suis” : ce sentiment est normal, et on peut être simplement être un peu perdu(e), et mal avec son corps sans pour autant être transgenre. Ce qui est sûr, c’est que changer de sexe ou de genre ne résoudra pas magiquement tous les problèmes de votre vie, même si vous en avez l’impression. Il est donc important de s’assurer que la transidentité est bien la seule et vraie source de votre problème.

Cela peut paraître moralisateur, mais imaginez : que ferez vous si, après pris des hormones plusieurs années durant, réalisé une opération difficile, irréversible et coûteuse, obtenu enfin l’approbation de votre famille, de vos amis et de votre employeur, vous vous rendiez finalement compte que ce changement de sexe ne vous rendait pas plus à l’aise avec vous-même ni plus heureux(se) ?

Prenez donc impérativement le temps de réfléchir. Si jusque là dans votre vie le fait que vous étiez transgenre ne vous est pas apparu comme une évidence, il est important de réaliser que vous ne l’êtes peut-être pas. Et ce n’est pas un mal ! Laissez-vous quelques années, et le temps vous dira avec certitude si vous êtes transgenre ou pas. C’est la seule solution sûre.

A LIRE SUR FAUNES ET FEMMES MAGAZINE

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

AFRICAN ELITES PROGRAM

Online Training Course

%d blogueurs aiment cette page :