Aller au contenu principal

Pendant le confinement il faut savoir relativiser

Relativiser ? Ce n’est pas toujours une chose facile. Face à certaines situations, on a tendance à foncer tête baissée sans prendre le temps de réfléchir. Et si l’on apprenait à prendre du recul pour prendre de meilleures décisions et avoir plus confiance en soi ? Découvrez notre mode d’emploi.

Blagues sur l’augmentation du nombre de séparation pour cause de réclusion au domicile conjugal (à l’image de ce qui a, semble-t-il lieu en Chine), déplacements de dernière minute, au mépris des recommandations, pour rejoindre sa famille… Qu’il s’agisse de le vivre tout·e seul·e ou à plusieurs, le confinement en cours depuis le 17 mars à midi angoisse. Pourtant, “chacun·e peut trouver en soi des ressources pour faire face à cette période à venir”.

Plutôt que de faire une fixette sur les points négatifs du confinement, voici quelques suggestions afin de traverser cette période avec un maximum de tranquillité.

Relativiser en imaginant le pire pendant le confinement

Mais ça pourrait être pire, bien pire ! Pour la peine, je te fais même une liste des trucs qui pourraient faire passer ton confinement de moment pépouze à vie sponsorisée par Satan lui-même. Je sais pas si ça va t’aider à relativiser, mais au moins ça t’occupera pendant les 3 prochaines minutes où tu liras cet article.

  • Tu pourrais être confinée et avoir un dégât des eaux

Imagine, de l’eau qui se déverse partout sur ton joli parquet, le plombier qui ne peut pas se déplacer parce qu’il est lui aussi confiné, et en plus tu ne sais même pas où est le robinet

J’identifie mon vrai désir

« Prendre du recul, c’est pouvoir observer une situation d’une façon détachée, en comprenant l’autre et en restant soi, de manière à cerner clairement son rôle, son intérêt et son objectif. Cet exercice pose la question essentielle : “Qu’est-ce que je désire vraiment ?” » La question m’arrache un sourire un peu forcé. Évidemment, en tant que mère, je veux le meilleur pour mon fils. Mais, bien décidée à jouer le jeu, je suis les instructions, comme un bon petit soldat.

Elle a publié une série de conseils pour mieux supporter le confinement – parti pour durer plusieurs semaines.

  • Garder le contact avec ses proches

Et lorsqu’on parle de contact, il doit bien évidemment rester virtuel. L’OMS avance que discuter avec des personnes de confiance permet de « trouver du réconfort », de relativiser et de relâcher les tensions.

  • Réduire les quantités de nourriture

Rester chez soi en permanence demande une adaptation de son mode de vie. Très mauvaise idée de rester dans son canapé, devant sa télévision à manger. L’OMS appelle à réduire et adapter les quantités de nourriture. Notre corps ne nécessite pas autant d’apports s’il ne se dépense pas.

  • Faire de l’exercice

Le sport, ce n’est pas uniquement en salle de sport ou sur les quais. L’activité physique peut se pratiquer partout. Même dans les mètres carrés de son salon grâce aux nombreux cours virtuels disponibles sur Internet ou en visioconférence. 

  • Ne pas compenser en mangeant, fumant ou buvant

C’est sûrement très tentant mais ce n’est bon ni pour le moral ni pour la santé. L’OMS exhorte à ne pas canaliser ses émotions par la nourriture, la cigarette, la consommation d’alcool ou de produits stupéfiants. Plutôt, si vous vous sentez dépassé par les évènements, parlez-en à des professionnels. Soyez prêts et informés de l’endroit où vous rendre en cas de problèmes physiques ou psychologiques.

  • S’informer correctement et savoir déconnecter

Pendant le confinement, tout le monde passe beaucoup de temps suspendu à son téléphone ou à sa télévision, à l’affût de la moindre information. Difficile, dans ces temps troublés, de faire la différence entre une vraie et une fausse information. Privilégiez alors les médias reconnus ainsi que les canaux de communication des organisations officielle (OMS, ministère de la Santé,…) Attention à ce qui peut se dire sur les réseaux sociaux de nature à inquiéter encore davantage.

Embouteillages, difficultés au bureau, surmenage, stress… On fait une pause et on prend une respiration. L’idée vaut encore plus en cette période de confinement imposé pour freiner l’épidémie de coronavirus. Si cela ne suffit pas, il peut être bon de se tourner vers ceux qui ne pouvaient s’imaginer quels seraient les maux du XXIe siècle : les stoïciens. Pour ces penseurs antiques, la clef du bonheur est de comprendre qu’il est des choses sur lesquelles nous n’avons aucun pouvoir, et d’autres sur lesquelles nous pouvons agir. Il faut ainsi accepter les premières plutôt que de lutter vainement. On mobilise de cette façon son énergie sur les secondes. Comment ? En positivant. Nos agacements et tracas du quotidien dépendent en grande partie de la représentation que l’on s’en fait. Il faut donc travailler sur notre perception des événements.

Confronté ces derniers jours au confinement comme une grande partie de l’humanité. La seule chose à faire, c’est ne rien faire », lâche-t-il lorsqu’on lui demande comment réagir quand on est coupé du monde. « Le message est clair : reste chez toi et lave-toi les mains. C’est simple.

En ces temps troublés, alors que nous faisons face à une épidémie mondiale de Coronavirus, il semble facile – et tout à fait naturel – d’éprouver une anxiété plus accrue que d’habitude. Mais comment y faire face au quotidien ? Après seulement quelques jours de confinement hexagonal, les conseils éclairés ne manquent pas. En voici dix, parfaits pour cajoler sa santé mentale et physique.

Se divertir un max

C’est l’évidence-même, mais l’on mésestime encore trop l’importance du divertissement. Un livre, un jeu vidéo, l’écoute d’un album, le visionnage d’un bon film ou d’une série… Il y en a pour tous les goûts. Cet interlude culturel peut prendre la forme de ponctuations entre deux heures de télétravail. Et comme le démontre la journaliste Eva Bester sur Twitter (présentatrice de l’émission Remèdes à la mélancolie, du côté de France Inter), chacun·e possède et revendique son propre « remède à l’angoisse » : un album de France Gall (Evidemment), un film d’animation d’Hayao Miyazaki (Mon voisin Totoro, Kiki la petite sorcière), de la musique classique (le Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky), l’intégrale de la série Ugly betty…

S’assurer des pauses

Qu’il s’agisse de votre télétravail ou séance de lecture, de votre binge-watching Netflix, d’une partie de jeu vidéo ou d’une conversation sur les réseaux sociaux, toute activité en période de confinement exige une pause bien méritée. Faire un break afin de s’aérer l’esprit n’a (vraiment) rien d’anecdotique. Se préparer un thé bien chaud, changer vos meubles de place, vous dégourdir les pattes avec quelques minutes de gym, tout cela vous permettra de modifier quelque peu votre point de vue et votre routine. L’idéal pour repartir sur de bonnes bases.

"Mon voisin Totoro", un remède à l'angoisse ?

« Mon voisin Totoro », un remède à l’angoisse ?

Pour préserver sa santé mentale, des exercices respiratoires.

Eviter « l’infodémie »

En temps de pandémie, il est déconseillé de sombrer dans « l’infodémie » : dévorer des dizaines d’articles sur le coronavirus n’est pas forcément un bon remède à l’anxiété. Or, il est très facile d’accumuler ce genre de lectures. Une fois le premier site web exploré, le phénomène de flux n’est effectivement jamais loin. D’où la nécessité de sortir de sa bulle. Le site britannique Young Minds en appelle d’ailleurs à faire la part des choses, à savoir, rester informé – en consultant des plateformes et médias réputés – sans pour autant devenir accro aux news en direct.

Un juste équilibre d’autant plus essentiel pour qui a l’habitude de faire défiler son fil Twitter des heures et des heures durant. « Les informations constantes peuvent devenir écrasantes. Essayez de limiter le temps que vous passez à en consulter et respectez des intervalles réguliers dans la journée, planifiez des activités qui vous plaisent et qui vous feront réfléchir », suggère encore la revue en ligne. The Guardian, quant à lui, nous conseille carrément de ne consacrer qu’une demie-heure par jour aux informations !

Chats et chiens, des compagnons de bien-être.

Chats et chiens, des compagnons de bien-être.

Chouchouter son chat ou son toutou

Dans le Top des astuces anti-anxiété, chats et chiens sont rois. Si vous avez la chance de partager votre lieu de confinement avec un animal de compagnie, vous comprendrez certainement très vite les bienfaits de nos amies les bêtes en de telles situations. Des boules de poil toujours là sans forcément faire ressentir leur présence, affichant une certaine sérénité, ronronnant ou remuant la queue à loisir. La présence d’un animal participe au bon état de votre santé mentale, ne serait-ce parce que le chouchouter vous permet de soulager votre stress et de vous changer les idées. Un peu de douceur dans ce monde agité.

Penser à l’avenir est bien souvent une source de stress et d’angoisse. Et pour cause : difficile de ne pas s’inquiéter lorsqu’il s’agit de quelque chose d’aussi compliqué à maîtriser que l’avenir. De même, inutile de se focaliser sur le passé et de se rappeler le moindre de nos échecs, de nos déconvenues.

Pour mieux relativiser, mieux vaut garder son esprit fixé sur la situation immédiate, sur le moment présent, et sur le résultat à court terme que vont avoir nos actions.

Prendre du recul : 10 clés pour apprendre à relativiser

– J’arrête de m’apitoyer sur mon sort et de ne voir que le mauvais côté des choses
– Je m’accorde le droit à l’erreur : ce n’est pas un échec qui va ruiner ma vie, ma carrière
– Je me rappelle des épreuves que j’ai surmontées : « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort »
– J’adopte la pensée positive, par exemple en faisant une liste de tout ce qui va bien dans ma vie
– Je chasse les émotions négatives : stress, colère, angoisse…
– Je rationalise, pour réaliser que la situation n’est pas si dramatique qu’elle n’en a l’air de prime abord
– Je dédramatise. Si la situation n’est pas si grave, pas la peine d’en faire tout un plat.
– J’accepte les choses telles quelles sont. Nier les problèmes ne les a jamais fait disparaître
– Je regarde la situation dans son ensemble pour être sûr d’avoir toutes les données en tête
– Je me détends, que ce soit grâce à des exercices de respiration, des techniques de relaxation ou grâce au sport. Il est essentiel de chasser les tensions pour être mieux dans sa peau et donc mieux relativiser.

Bien souvent, nous nous employons à essayer de tout contrôler. Particulièrement coûteuse en énergie, cette démarche s’avère généralement inefficace. Notre moral s’effrite, notre santé se détériore et l’on devient de moins en moins performant.

Pour apprendre à lâcher prise, il est donc important de prendre conscience des choses sur lesquelles nous ne pouvons pas agir. Vous avez récemment passé un entretien d’embauche ? Le recruteur semblait emballé par votre présentation, mais cela fait deux semaines que vous êtes sans nouvelles ? Inutile de vous ronger les sangs ! Lâchez prise ! La situation ne dépend plus de vous. 

Nous préférons nous intéresser aux probabilités, aux éventuelles retombées et surtout, surtout, à la fausse image de la bienséance et du politiquement correct (ce qui est assez paradoxal, sachant que les accusateurs sont toujours eux-mêmes coupables de quelque chose).

Nous sommes prompts à juger, à créer de véritables phénomènes sociaux, sans jamais nous interroger sur les conséquences réelles du problème mis en exergue.

Notre culture du mécontentement chronique nous empêche bien souvent de nous rendre compte de la richesse du monde qui nous entoure et nous force à repousser toute critique ou épreuve négative.

Il n’est pas ici question de coup de gueule, je voulais simplement essayer de recadrer le sujet.

Ainsi, nous pourrons questionner la gravité, la portée et le véritable impact de nos actions ou des éléments extérieurs sur notre état d’esprit.

Relativiser, c’est aussi se sortir de cette logique accusatrice, destructrice et stérile dont nous sommes si friands en France.

Nous devons dépasser ces limites, sortir de ce cocon égoïste et faire face à la vérité des faits.

Pour résumer, relativiser, c’est aussi user d’une franchise réelle, libérée des opinions de masse et de la volonté de ne pas écorner sa propre image.

En serons-nous capables ? Aurons-nous ce qu’il faut pour apprendre à relativiser ?

Apprendre à relativiser permet d’enrichir sa capacité d’analyse, de se sortir du passé et de prendre les épreuves qui nous arrivent pour ce qu’elles sont véritablement et non pour ce qu’elles pourraient être.

Et puis qui sait, garder cela en mémoire vous évitera sans doute de passer par une remise en question globale de votre potentiel intrinsèque lors de votre prochaine mésaventure !

Quoi qu’il en soit, oui, relativiser est une chose bien plus facile à dire qu’à faire… mais nous ne pouvions pas décemment ignorer le sujet.

Pour ma part, je vous abandonne ici et vous remercie encore pour votre fidélité.

N’hésitez d’ailleurs pas à venir illustrer cette production en partageant avec nous vos secrets pour relativiser.

À bientôt !

FAUNES ET FEMMES MGAZINE

Les plus emblématiques d’une époque étant donner l’année 2020. Gérer une situation dans une ville agréssive, comment savoir gérer…

Une menace désigne le fait d’exprimer le projet de nuire à autrui (en portant atteinte à ses biens ou à sa personne). Il s’agit d’un acte d’intimidation visant à susciter de la crainte chez la personne visée.

Le monde est-il devenu fou

ces genres de personne alors quand je vous dis les aires de repos, c’est ainsi ce monde doit aimer autant voir, ces genre de personne faire sa devant vos enfants je comprends maintenant pourquoi il y a des tas de gamines et des gamins dans des situations si différentes d’autres enceintes d’autres il agresse alors des félicitations la France.

KODAK Digital Still Camera

APRÈS UN APPEL D’AIDE AU DÉPUTÉ DE MEURTHE ET MOSELLE

Dans le droit français, la notion d’exhibition sexuelle a remplacé celle « d’outrage public à la pudeur ». L’exhibition sexuelle est un délit puni par la loi dans la plupart des pays, et notamment en France. Qu’entend-t-on exactement par « exhibition sexuelle » ? Quelles sont les sanctions prévues par le code pénal ? Voici les réponses à toutes vos questions.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

AFRICAN ELITES PROGRAM

Online Training Course

%d blogueurs aiment cette page :